L’histoire de Leica

leica-logo
Logo actuelle de Leica

J’ai pensé que faire de la photographie pouvait se faire aussi en connaissant son histoire. Ainsi, je vais vous parler de l’histoire des appareils photo de la marque Leica.

L’article va se décliner en plusieurs parties majeures:

Si la partie historique de la création de l’entreprise et des appareils photo ne vous intéresse pas, vous pouvez sauter directement sur la partie des célèbres photographies prises avec des appareils photo Leica.

Un bref rappel historique:

L’histoire de la photographie a commencé bien avant l’invention des appareils photo Leica. A l’époque, on utilisait des appareils photo à plaque longs à recharger, lourds, encombrants, nécessitant un temps de préparation important. Vous en avez sans doute déjà vus que ce soit dans un livre ou dans un musée.

Cette gravure témoigne de la difuculté qu'avaient les photographes de cette époque à déplacer leurs matériel.
Cette gravure témoigne de la difficulté qu’avaient les photographes de cette époque à déplacer leurs matériel.

Cette époque fut longue, il faut attendre 90 ans entre la première photo prise et l’invention du premièr appareil photo Leica. Pendant ces 90 années, le développement technologique des appareils photo a beaucoup évolué. Surtout au niveau des chimies recouvrant les surfaces qui permettent de prendre les photos. En dehors de cette évolution, les appareils sont pour la majorité restés encombrants et lourds.

Voici une des principales avancées: en 1839, Henry Fox Talbot, un anglais, a développé une chimie qui pouvaient s’appliquer sur du papier (comme support). Le procédé fonctionnait ainsi: il prenait une feuille de papier qu’il imprégnait de chlorure de sodium (du sel de cuisine). Il immergeait cette même feuille dans du nitrate d’argent qui formait ainsi avec le sel du papier du chlorure d’argent qui, lui, est sensible à la lumière. La feuille était alors exposée dans une chambre obscure pendant une 30aine de minutes. La feuille était ensuite rincée à l’eau salée et une image stable se formait en négatif. En pressant cette feuille contre une autre feuille de papier elle aussi imprégnée de chlorure d’argent on obtenait une image positive.

Le gros problème qui persistait à cette époque était le temps d’exposition qui restait important. Cela obligeait les sujets photographiés à rester immobile pendant un certain temps souvent long (comme je l’ai dit 30 minutes environ). Il fallait donc que les prises de vue gagnent en rapidité. Ce sera chose faite avec la découverte du collodium humide, inventé par un autre anglais. Appliqué sur une plaque en verre, cette substance permettait des expositions d’une dizaine de secondes. Cette découverte permettra aux photographes de commencer à faire des reportages.

Ensuite de fils en aiguilles, on a amélioré des chimies et on est arrivé aux support de celluloïd enroulable. La photographie commença à se populariser.

Vous allez me demander ce que vient faire Leica dans cette histoire. On va tout de suite le découvrir.

La formation du groupe Leica:

Tout à l’heure j’expliquais que les appareils photos de l’époque étaient vraiment très lourds et peu pratiques d’utilisation. Il se trouve que Oskar Barnack, l’homme qui a eu l’idée de créer les appareils Leica était asthmatique. Un jour en grimpant en haut d’une colline avec son appareil pour prendre une photo d’une ville, il eût une crise d’asthme dû s’arrêter. Il imagina alors un appareil photo compact facile d’utilisation n’obligeant pas à utiliser un trépied. Il garda l’idée dans un coin de sa tête et quelques années plus tard il rencontrait Ernt Leitz II.

Barnack taking Movie 002
Oskar Barnack prenant une photo.

Avec la banalisation des appareils photo, tous les chercheurs du monde entier à cette époque cherchaient comment remédier à un problème insurmontable qui était la recharge de l’appareil. En effet, à cette époque même Kodak devait le faire faire en usine. Leica fût le premier à innover en fabriquant un appareil facile d’utilisation, disposant de 36 poses, facile à recharger en étant compact et faisant des images de haute qualité.

Barnack and Leitz
Ernst Leitz à gauche et Oskar Barnack à droite.

Il vient ensuite l’origine du nom « Leica » qui est un diminutif de « Leitz » et « camera ». Cela donnait le nom « Leca » qui sonne mal et dont la sonorité pouvait être confondu avec un marque concurrente. Ils eu l’idée d’ajouter un « i » et voila, le nom « Leica » était créé.

Le slogan de Leica à cette époque était « petit négatif mais grande photo ».

Quelques appareils photo Leica:

Je ne vais pas parler de tous les modèles d’appareils photo Leica. Je vais seulement parler des modèles qui ont marqué leur temps ou alors qui ont été à l’initiative de grandes avancées technologiques dans le domaine de la photo. On va par exemple voir que Leica a été copié par les soviétiques (copie à la demande de Staline) ou encore par les japonais (les futures fondateurs de la marque Canon). Les appareils sont présenté par ordre chronologique.

 Ur-Leica:

Les Ur-Leica sont des prototypes, ils ont été fabriqués entre 1913 et 1914 et il n’existe que trois exemplaires (non numérotés). Il faut savoir qu’à l’époque, les plaques photos étaient généralement utilisées « au format », tirées souvent par contact. Avec son petit appareil, Oskar Barnack misait sur l’agrandissement des images au tirage. Pour cette raison, il pensait que son appareil pouvait être étendu à une utilisation de photo générale.

Ur-Leica
Ur-Leica

Les Ur-Leica disposaient d’un seul rideau (obligeant de placer un bouchon contre la lumière au réarmement de l’appareil), d’un objectif fixe de 50 mm et d’un viseur iconomètre. Les tests furent faits avec un objectif Kino Tessar (pour caméra de cinéma) puis avec un Anastigmat conçu par Max Berk. L’objectif ouvrait à f:3.5.

URLeica-6-mini
Une des premières photos prises par Oskar Barnack à Wetzlar : la place du Marché en 1914.

Ernest Leitz II utilisa un Ur-Leica pendant un voyage aux Etats Unis. Malgré son enthousiasme la production ne suivit pas immédiatement, il sommeilla encore 10 ans. La cause principale fût bien entendu la guerre.

 Leica I:

 Le Leica I est sortie en 1925 sous le nom de « modèle A » et s’est par la suite décliné en plusieurs modèles distinct: le modèle A et C.

Leica1A-PacificRimCamera
Leica I modèle A

Il était doté de nombreuses améliorations qui lui permit d’être rapidement apprécié. Parmi ces améliorations, les plus importants sont le viseur, l’obturateur à deux volets (qui permet de réarmer l’appareil sans placer de bouchon devant l’objectif) et le compteur d’image coaxial au levier d’armement. L’objectif quant à lui était un 50 mm disposant d’une ouverture maximale de 3.5 pouvant même aller jusqu’à 2.5. Un record pour l’époque. L’optique était toujours à monture rentrante de façon à disparaître à l’intérieur de l’appareil pour le ranger. Cinq ans après la sortie du modèle A, arriva le modèle C à optique interchangeable. On disposait d’un 35 mm et un 135 mm en plus du 50 mm.

Il fut fabriqué à 58 919 exemplaires. Plus tard fut fabriqué le premier télémètre qui fût l’accessoire le plus important. C’est un appareil permettant de mesurer précisément la distance de mise au point.

Leica II:

En 1932, Leitz présenta son nouveau Leica: le Leica II. Il fut produit a 52 509 exemplaire et c’est un modèle à objectif interchangeable. La principale innovation de ce modèle était l’intégration d’un télémètre couplé. Cet accessoire qui va dorénavant se trouver sur tous les Leica (sauf sur les modèles reflex et certains compacts numériques d’aujourd’hui) est un peu leur signature. L’autre progrès est le couplage de tous les objectifs de la gamme Leica avec le télémètre.

Le Leica II
Le Leica II

Leica 250 reporter:

Le Leica 250 reporter est un Leica plutôt rare car il n’a été produit qu’à 984 exemplaires parmi lesquels on trouve des appareils sigles FF (qui avaient un temps de pose de 1/500 s) et des sigles GG (disposant d’un temps de pose de 1/1000 s). Egalement surnommé « le Leica 10 mètre », le Leica 250 était conçu sur la base d’un Leica III et pouvait embarquer 10 mètre de pellicules qui donnait une autonomie de 250 photos. C’était des chargeurs spéciaux qui pouvaient se charger uniquement dans l’obscurité.

Ce fut le dernier projet de Barnack qui par la suite tomba gravement malade. Historiquement, on pense que l’idée de cet appareil lui est venu d’un photographe belge qui se plaignait de toujours devoir changer de pellicule en photo de mariage. Par la suite c’est un appareil qui fut utilisé pour des reconnaissances aériennes de l’armée allemande. Ils en commanda 200 modèles parmi des 984 produits. Il fut produit entre 1934 et 1943.

Le Leica 250 reporter modèle GG.
Le Leica 250 reporter modèle GG.

 Leica III:

En 1933, Leitz présenta son nouveau Leica: le Leica III. Il disposait d’un télémètre amélioré (disposant d’une loupe x1.5 pour améliorer la mise au point), d’une courroie et la possibilité de correction de la vue du photographe de -2 à +1.5 dioptrie. Un peu plus tard, en 1940, Leica créa le modèle IIId dont la coque en métal était coulée sous pression ce qui améliora la solidité de l’appareil. Il y eut deux vagues de production de cet appareil. La première avant la guerre et la deuxième après la guerre. Les modèles sortis après la guerre sont faciles à reconnaître, leurs numéros de série commencent à 400 001. Produit à 427 exemplaires, pendant la seconde guerre mondial, l’obturateur était fabriqué en tissus rouge (appareil surnommé les « rideaux rouges »). Ce sont des modèles très rares qui font partie des plus recherchés par les collectionneurs.

Le Leica IIId
Le Leica IIId

Les imitations soviétiques:

En URSS, Staline voulut aussi son Leica en dépit des brevets international. Ce fut le début des contrefaçons. Je ne vais pas m’attarder sur les différents modèles de « Leica » soviétiques existants mais sachez que c’est une source d’arnaques sur internet avec des gens qui font passer un de ces modèles contrefaits pour un vrai Leica. Un grand nombre de ces Leica russes sont des FED, initiale de Felix Edmundovich Dzerjinski, le chef de la police secrète soviétique.

Leica M3:

En 1954, le Leica M3 mit un terme aux montures à visse. Le nouveau mode de fixation des objectifs était les baïonnettes. S’était un mode de fixation plus sûr et plus solide que les visses. Le gros avantage de ce mode de fixation sur les Leica était qu’il rendait le viseur télémétrique encore plus précis avec une correction automatique de parallaxes. Il fut produit à 225 294 exemplaires.

Leica M3
Leica M3

Notez qu’un Leica M3D a été vendu aux enchères il y a quelques années pour 1 680 000 €. Il datait de 1955 et appartenait au photographe américain David Douglas Duncan. Ce célèbre reporter est reconnu pour ses photos de guerre (seconde guerre mondiale, guerre de Corée, guerre du Viet Nam). Certaines des photos illustrant le magazine américain Life ont été prises avec ce Leica vendu lors de cette vente.

Leicaflex:

Quelques années après la sortie du Leica M4 (que je ne présente pas ici), pour contrecarrer l’avancée de la concurrence japonaise, Leica a sortie son premier appareil à visée reflex: le Leicaflex. Cependant le Leicaflex présente une grosse lacune face à ses adversaires asiatiques, son posemètre ne lit pas la lumière à travers l’objectif (car il est au-dessus de l’objectif) et pouvait donc présenter des erreurs de mesure.

Un leicaflex
Un leicaflex

Quelques années plus tard, Leica corrige le tire en sortant le leicaflex SL avec une phtocellule interne puis encore plus tard le SL2 qui présentait des viseurs plus lumineux que ce qui se faisait à cette époque. Malheureusement, la politique de vente choisie fut désastreuse et les Leicareflex furent un échec commercial. Ils avaient choisi de vendre les boîtiers à perte pour espérer gagner de l’argent sur les objectifs. Le SL2 fut produit à 23 750 exemplaires.

Aujourd’hui:

Bien-sûr, entre les années 60 et aujourd’hui, plusieurs modèles de Leica sont sortis: le M4, le M5 …

Aujourd’hui, à l’heure où j’écris ces lignes le dernier Leica de la série M de sorti est le Leica M9 qui est disponible en version monochrome ou non. La version monochrome dispose d’un capteur captant uniquement en noir et blanc. Cela présente l’avantage de créer des noir et blanc « purs » de meilleur qualité mais également d’être beaucoup plus sensibles à la lumière. A priori on gagne une unité d’exposition avec le capteur monochrome.

Leica M9
Leica M9

A ma connaissance, ce sont les seuls appareils photo numérique du marché à disposer de viseurs télémétriques. Il existe bien un appareil photo numérique fabriqué par Epson qui est équipé d’un viseur télémétrique mais il est très largement dépassé.

Mon seul regret, c’est que les Leica ne soient pas vendus 30 ou 40 % moins cher. Un chose qui aurait permis à un plus grand nombre de photographes (mais pas moi) d’opter pour leur matériel.


Des célèbres photos prises avec des Leica:

Il y a quelque photos légendaires qui ont été prises avec des appareils photo Leica. Quand je le peux, j’indiquerai avec quel appareil les photos ont été prises. Ce n’est cependant pas toujours facile d’avoir l’information mais, une chose est sûre, les photos que je décris comme étant prises avec des appareils Leica ont été prises avec des appareils photo Leica.

Leica pendant la guerre:

Mort d’un milicien:

"Mort d'un milicien", 1936. L'authenticité de cette photo fut discuté en 1994 par un journaliste britanique qui soupçonnait une mise en scène. Après de longues recherches, le soldat fut identifié en 1996. Federico Borrell Garcia fut tué sur le frout de Cerro Muriano.

« Mort d’un milicien », 1936. L’authenticité de cette photo fut discutée en 1994 par un journaliste britanique qui soupçonnait une mise en scène. Après de longues recherches, le soldat fut identifié en 1996. Federico Borrell Garcia fut tué sur le front de Cerro Muriano.

Le drapeau rouge sur le Reichstag:

Photo prise par « Evgueni Khaldei » qui s’intitule « Le drapeau rouge sur le Reichstag » en mai 1945. Evgueni Khaldei reporter de l’armée rouge suivit avec son Leica les troupes de Staline entre Moscou et Berlin. L’image a été retouchée car comme on peut le voir, le second soldat porte deux montres, un butin de guerre évident. Staline fit enlever la deuxième montre pour préserver la réputation de l’armée rouge.

Photo prise par "Evgueni Khaldei" qui s'intitule "Le drapeau rouge sur le Reichstag" en mai 1945. Evgueni Khaldei reportaire de l'armée rouge suivi avec son Leica les troupes de Staline entre Moscou et Berlin. L'image a été retouché car comme on peut le voir que le second soldat porte deux montres, un butin de guerre évident. Staline fit enlever la deuxième montre pour préserver la réputation de l'armée rouge.

Hiroshima:

Photo prise par Alfred Eisenstaedt, une mère et sa fille aillant survécu à la bombe atomique d’Hiroshima.

Photo prise par alfred eisenstaedt, une mère et sa fille aillant survécu à la bombe atomique d'Hiroshima.

L’après guerre:

Après la deuxième guerre mondiale, un appareil photo Leica pouvait s’échanger contre 6 000 cigarettes américaines. Les temps étaient durs et l’entreprise avait pas mal souffert. Cependant l’intérêt des Etats Unis était de relancer l’économie de l’Allemagne. De cette façon, l’entreprise Leica put rapidement se remettre sur pied et recruter. Quelques années après la guerre l’entreprise sortit le Leica M3 qui relança l’entreprise.

Libération de Paris le 26 août 1944. Photo réalisé par Robert Capa
Libération de Paris le 26 août 1944. Photo réalisé par Robert Capa

Au début des années 50, les Leica étaient devenus des produits convoités. L’Europe découvrit l’automobile et les gens voulaient immortaliser les excursions du dimanche. La civilisation des images naissait.

Les années 60:

Beaucoup de grandes photos ont été prises au courant des années 60. On a pu ainsi passer du dernier gramophone au premier homme à avoir marcher sur la Lune. On a aussi eu de grands mouvements culturels.

Che Guevara:

En photo vraiment célèbre que, j’en suis sûr, tout le monde a au moins vu une fois, on peut retrouver la photo du Che Guevara.

che-guevara-albertokorda-1950

che-uncropped

 Le commandant Che Guevara a été pris en photo avec un Leica M2 monté d’un objectif 90 mm. Elle fut prise par Alberto Diaz Gutiérrez, dit Korda, le 6 mars 1960.

A l’origine la photo avait été prise en cadrage horizontal (comme on peut le voir sur la photo de droite) mais le photographe trouva qu’un recadrage « vertical » donnait plus d’impact à la photo.

Si vous souhaitez plus d’informations, j’ai trouvé la planche contacte de cette série de photo. elle est disponible ici.

Vous pouvez retrouver un article disponible ici expliquant dans quel contexte la photo fut prise.

Le dernier concert des Beatles:

Le 29 août 1966, Les Beatles ont donné une dernier représentation au Candlestick Park de San Fransisco. Le public ne le savait pas encore mais l’annonce de la dissolution du groupe devait être faite dans les jours qui suivaient. Jim Marshall un célèbre photographe des pop stars prit cette dernier photo du groupe encore uni. Cette séparation bien que traumatisante n’a pas pour autant arrêté la grande course musicale du rock’n’roll.

The Beatles

Une fleur contre les fusils:

En 1967 alors que les Etats Unis connaissaient une vague de protestation contre la guerre du Viet Nam, le photographe Marc Riboud de Magnum assista à une des plus importantes manifestation qui s’est déroulée devant le Pentagone. Il suivit Jean Rose, une jeune fille de 17 ans et la photographia avec son Leica M4 au moment ou elle tendait une fleur à des soldats.

photo-marc-riboud-gp1

Cette image est devenue un symbole universel du pacifisme.

La joie révélée:

Elliott Erwitt est un photographe américain d’origine russe (ses parents étaient soviétiques, il est né à Paris avant de migrer aux Etats Unis). Il a travaillé dans la photo et a rencontré Robert Capa qui l’a intégré à l’agence photo Magnum en 1954. Quelques années plus tard il deviendra président de cette agence.

Ses photos portent souvent des témoignages de la joie de vivre qui caractérise l’après guerre.

elliotterwitt
Photo prise en 1955 en Californie

 Armstrong et Aldrin:

Photo d’Armstrong et Aldrin prise à la cafétéria de la NASA quelques heures avant le départ de la fusée Apollo 11 qui permis de réaliser un des rêves de l’humanité: marcher sur la lune.

Photo prise par Mario De Biasi.

De nos jours:

Fuir le Kosovo:

Le photographe Danois: Claus Bjørn Larsen était présent au début de l’exode pendant la guerre du Kosovo à la fin des années 90. Il pris cette photo avec son Leica monté d’un objectif 24 mm. Cette photo lui valut deux prix au World Press Photo 2000.

J’ai n’ai pas réussi à la trouver sans les filigranes. C’est dommages car étant trop présents ils gâchent la photo.

1999020CL

Il y a bon nombre d’autres grandes photos qui ont été prises avec des appareils photo Leica. Souvent les photographes que j’ai cités tout au long de l’article ont travaillé plusieurs années avec du matériel Leica. Cependant, j’ai vérifié, ce n’est pas un Leica qui a été utilisé pour aller sur la Lune.

Aujourd’hui les appareils photo Leica sont réellement devenus des produits de luxe. Il faut compter environ 6 000 à 7 000 € pour avoir un appareil de série M (numérique) avec des optiques et dans les 30 000 € pour un Leicaflex numérique. Cependant leur qualité de fabrication ainsi que la qualité optique sont des vertus très appréciées encore aujourd’hui. Pour preuve, la plupart des appareils photo Leica marchent encore (y compris les premiers modèles). Bref, si un jour sur une brocante vous tombez sur un appareil photo de cette marque (et que ce n’est pas une contrefaçon) pas cher, achetez-le pour le revendre plus cher. Généralement ils ont gardé une bonne valeur marchande.

J’ai dû faire beaucoup de recherches pour écrire cet article. N’hésitez pas a commenter pour demander des précisions ou alors pour me compléter.

5 réflexions sur « L’histoire de Leica »

  1. Hello ! Super ton article j’aimerais l’utiliser pour un mémoire mais tu n’as pas sourcé tes informations … Pourrais-tu me dire où tu les as trouvé stp ?

    Bel article sinon c’est simple et complet 🙂

    Nico P

    1. Bonjour,

      Merci 🙂 J’y avais passé du temps à l’époque.
      Pour les sources principales, j’ai utilisé des livres que j’avais emprunté à la bibliothèque. Je ne me souviens pas du nom des livres désolé. Je me demande si s’était pas un titre type « l’histoire de leica » ou « leica » tout simplement pour un des livres principaux. Si tu trouves des livres intéressant n’hésite pas à en parler en commentaire. cela peut servir a d’autres personnes.
      Les livres étaient beaucoup plus précis que mon article sur pas mal de point. Il y a le site de leica qui a quelques indications historique il me semble aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *