Une semaine de vacances en Dordogne

Comme vous avez pu le constater, je n’ai plus été actif sur mon blog ces trois dernières semaines. J’étais simplement parti en vacances: les Pyrénées, Strasbourg, la Loire et pour finir une semaine en Dordogne.

DSCF3998-Modifier-1

Nous avions loué avec des amis un gîte au milieu de nul part. Pour ce périple j’étais équipé de deux appareils photos: mon reflex Canon EOS 600D et mon compact expert Fujifilm X10. Les photos d’orages et de la voie lactée ont été prises avec le reflex. Toutes les autres ont été faites avec mon compact expert.

Nous avons commencé par faire une décente en canoë de la Dordogne. Il n’y aura pas de photo car ni moi, ni les autres ne nous sommes risqués à prendre du matériel électronique. Il faut dire que nos principales activités étaient d’essayer de remplir d’eau les autres canoës ou encore de faire des expériences du type « à combien pouvons nous monter sur un canoë 3 places sans le couler. » La réponse est 8 (encore qu’on n’a pas directement coulé mais qu’on s’est retourné au moment où l’une d’entre nous a dit « aller, tout le monde debout maintenant »).

Après cette superbe journée nous avons visité une grotte: la grotte de Cougnac qui est en faite divisée en deux: une partie minérale (ou nous avions le droit de prendre des photos) et une autre partie où il y a des peintures préhistoriques (et où les photos étaient interdites).

DSCF3707-Modifier-1

L’eau qui continue à goutter des stalactites dans cette grotte est une eau qui est tombée sur terre il y a 70 ans. En effet, on nous a expliqué que l’eau qui gouttait mettait 70 ans à traverser la roche constituant la grotte.

Après la grotte nous nous sommes attaqués aux ruelles de Sarlat.

DSCF3734-Modifier-1

 Sarlat est très jolie (comme la plus part des villages de la Dordogne). Voici quelques clichés de Sarlat et des villages alentours. Vous trouverez le lieu ou a été pris la photo en légende.

DSCF3830-Modifier-1

 DSCF3866-Modifier-1

DSCF3769-Modifier-Modifier-1

On a ensuite visité une ferme où on fabrique le foie gras (d’oie et de canard): la ferme de Turnac. Lors de la visite on nous a montré les oies (car ils élevaient uniquement les oies). Elles vivaient en liberté dans des grands espaces verts jusqu’à leur quatrième mois où ensuite elles sont placées dans des box où on les gave de maïs jusqu’à quatre fois par jour pendant trois semaines.

Oie curieux âgé de quelques semaines ne sachant pas encore se qu'il va lui arriver.
Oie curieuse âgée de quelques semaines ne sachant pas encore ce qu’il va lui arriver.

Ce sont des machines perfectionnées où on place un tuyau dans leur cou jusqu’au jabot. Elle injecte une quantité précise de maïs. On nous a expliqué que les oies mangeaient des petits cailloux qui restent dans le jabot et aident à concasser le maïs. Sans ces cailloux, la digestion du maïs leur est impossible.

La fermière est entrain de placer le tuyau dans la cou de l'oie pour le gaver.
La fermière est en train de placer le tuyau dans la cou de l’oie pour la gaver.
Oie de plus de quatre mois se faisant gaver. Pour la démonstration ils ont utiliser une machine plus vieille ou on met du maïs jusqu'à que le jabot soit plein. Avec les machines actuelles ils font 90 oies (ou canards) en 35 minutes environs.
Oie de plus de quatre mois se faisant gaver. Pour la démonstration ils ont utilisé une machine plus vieille où on met du maïs jusqu’à ce que le jabot soit plein. Avec les machines actuelles ils font 90 oies (ou canards) en 35 minutes environ. Contrairement à la machine « traditionnelle » qui nous a été présentée et où on doit tâter le jabot de l’animal pour savoir s’il est plein ou non, avec les machines actuelles, on injecte une quantité précise de maïs.

Je ne vous cache pas que voir la pauvre oie se faire gaver après les avoir vu gambader dans l’herbe fait mal au cœur. La visite fût réellement intéressante. J’ai appris beaucoup de choses et on voyait que les fermiers étaient des gens passionnés qui aimaient leur travail. On a même fini par une dégustation de foie gras avec du vin et des noix.

Le soir, vous en avez surement entendu parler aux informations, il y a eu un très gros orage qui a touché la Dordogne privant d’électricité 23 000 habitations.

Pendant la nuit j’ai fait des photos des éclairs d’orage, une chose que j’attendais depuis longtemps car je n’avais jamais eu l’occasion de le faire en 2 ans. Pour cela, j’ai placé mon reflex sur un trépied et je l’ai paramétré ainsi:

  • vitesse iso: 100 iso
  • ouverture: f:5.6
  • longueur focale: 18 mm
  • temps de pose: 6 secondes toutes les secondes (avec un intervalomètre).
Orage photographié avec un Canon EOS 600D. J'ai préféré un traitement noir et blanc à la couleur qui selon moi donnait un rendu plus dramatique.
J’ai préféré un traitement noir et blanc à la couleur qui selon moi donnait un rendu plus dramatique.

J’ai laissé tourné mon appareil pendant quelques minutes et sur 250 photos, j’en ai eu 8 où il y avait des éclairs. J’ai fait un traitement noir et blanc pour obtenir cette photo:



On peut remarquer qu’il y a un oiseau qui a été flashé par un éclair. Il apparaît sur la photo comme un fantôme. La maison qui apparaît sur la photo était la maison des voisins: un autre gîte loué sur le même lieu. On était uniquement deux maisons sur ce lieu. Je suis particulièrement content de cette photo noir et blanc.

Qui dit « orage » dit « beau temps » le lendemain. Ce n’était pas forcément vrai pour la journée mais le soir on a eu un ciel magnifique qui se prêtait pour des photos. J’ai pris en photo la voie lactée toujours avec mon reflex. J’ai cependant le regret de ne pas avoir pu prendre en premier plan autre chose que les arbres. J’ai bien essayé avec les maisons mais je n’arrivais pas à obtenir un bon cadrage. Je ne suis donc pas entièrement satisfait.

Voie lactée prise avec un canon EOS 600D, 6400 iso, 18mm, f:3.5, 30s.
Voie lactée prise avec un canon EOS 600D, 6400 iso, 18mm, f:3.5, 30s.

Le défi technique était là. J’ai quand même du monter à 6400 iso (pour un 600D c’est énorme). J’ai regretté de ne pas avoir un grand angle, grande ouverture.


Une réflexion sur « Une semaine de vacances en Dordogne »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *