Faire de l’astrophotographie

L’astrophotographie est un domaine de la photo que j’affectionne tous particulièrement car il fait appel à une connaissance technique et une rigueur impitoyable.

Il faut savoir que l’astrophoto est divisé entre domaines bien distincts (qui feront appel à des techniques différentes):

  • Les filés d’étoiles
  • Les planètes
  • Le ciel lointain

Je vais tenter d’expliquer et de donner quelques conseils aillant moi-même fait quelques photos astronomiques. Si vous voulez allez plus loin, il existe des livres et même des sites internet très bien faits qui traitent uniquement de ce sujet.

Les filés d’étoiles:

Les filés d’étoiles sont des photos exigeant une pose longue montrant le mouvement des étoiles dans le ciel (dû à la rotation de la Terre). Il existe deux techniques nécessitant le même matériel:

Le matériel à avoir est le suivant:

  • Un appareil photo reflex
  • Un objectif grand angle grande ouverture
  • Un trépied
  • Un intervalomètre (facultatif)
  • Un ciel sans pollution lumineuse

La première étape est de trouver un ciel sans pollution lumineuse. Cela est essentiel, sinon cette dernière se distinguera sur vos photos. J’ai déjà mentionné l’existence de cartes de pollution lumineuse dans mon article coup de cœur sur le travail photo de Ben Canales. Vous pourrez trouver une de ces cartes ici ou . Le centre du filé d’étoile est calé sur l’étoile polaire.

Comme je l’expliquais, pour ce type de photo, on va profiter de la rotation de la Terre pour former des filés d’étoiles. L’idéal comme pour Ben Canales est d’ajouter quelque chose en premier plan pour l’ esthétique de la photo.

Deux solutions s’offrent à vous:

  • Soit faire une seul photo avec un long temps de pose:

Pour effectuer un long temps de pose avec votre appareil, utilisez le mode manuel et réglez le sur « pose B ». La sensibilité ISO va dépendre du nombre d’étoiles que vous voulez sur la photo et de l’ouverture utilisée. Ne montez pas trop en ISO à cause du bruit. L’objectif doit être réglé sur « mise au point manuelle » et réglez le sur « mise au point infinie ∞ ». Si votre objectif ne dispose pas d’indications, faîtes la mise au point sur un objet très lointain manuellement. Placez le sur le pied et attendez.

Photo que j'ai prise avec un temps de pose de 1830 secondes à 100 ISO et avec une focale de 18 mm. Je l'ai faite dans un jardin en pleine ville, on observe la pollution lumineuse.
Photo que j’ai prise avec un temps de pose de 1830 secondes à 100 ISO et avec une focale de 18 mm. Je l’ai faite dans un jardin en pleine ville, on observe la pollution lumineuse.
  • Soit prendre plusieurs photos que vous fusionnerez avec un logiciel:

Pour effectuer plusieurs photos (par exemple 100 photos d’un temps de pose de 30 secondes chacune), utilisez un intervalomètre. Magic Lantern pour les appareils photos Canon intègre un superbe intervalomètre très évolué.

Filé d'étoile fait avec la fusion de plusieurs images. Si on regarde bien, on peut observer des pointillé. J'ai pris plusieurs images de 30 secondes de temps de pose avec un intervalle de 10 secondes entre chaque images.
Filé d’étoile fait avec la fusion de plusieurs images. Si on regarde bien, on peut observer des pointillés. J’ai pris plusieurs images de 30 secondes de temps de pose avec un intervalle de 10 secondes entre chaque images.

Pour fusionner les photos, vous pouvez le faire avec Gimp, Photoshop et d’autres logiciels de montage photo.

Photographier les planètes:

Photographier les planètes nécessite du matériel, de la patience et la maîtrise de certains logiciels.

Le matériel qu’il vous faut:

  • Un reflex ou une camera CCD
  • Un télescope
  • Un trépied motorisé
  • Un ordinateur et les logiciels adéquats

Pour faire une photo de Saturne par exemple, il faut bien régler la monture équatoriale afin que le télescope « suive » au mieux la planète. Une fois les réglage faits, accrochez votre reflex ou votre caméra CCD au télescope. Pour accrocher un reflex à un télescope, il existe les bagues d’adaptation T2 qui sont fabriquées pour cela.

Photo de la lune que j'ai pris avec un télescope 1200 mm à 100 ISO et 1/125 secondes
Photo de la lune que j’ai prise avec un télescope 1200 mm à 100 ISO et 1/125 secondes

Quand je parle de camera CCD, ce sont des caméras qui sont fabriquées uniquement pour être attachées à un télescope. J’ ajouterais que généralement on obtient des meilleurs résultats avec une camera CCD pour photographier les planètes qu’avec un reflex. On a généralement une meilleure approche avec une camera CCD en partie à cause de la taille du capteur qui est plus petite.

Photo de Jupiter que j'ai pris avec un télescope 1200 mm. 100 ISO, 1/30 secondes. On voit clairement les aberrations du à l'atmosphère.
Photo de Jupiter que j’ai prise avec un télescope 1200 mm. 100 ISO, 1/30 secondes. On voit clairement les aberrations dues à l’atmosphère.

Le principe pour photographier les planètes est de filmer. Bien sûr, vous pouvez prendre des photos avec votre reflex mais vous obtiendrez des aberrations dues à l’atmosphère. Notez que vous obtiendrez moins d’aberrations en hiver qu’en été. Vous pouvez visualiser le même type de diffractions au-dessus d’un feu.

Notez que dans tous les cas, les vibrations sont très fortement ressenties. Pour éviter le problème, lors de prises de vues avec votre reflex, en plus de l’utilisation de déclencheurs à distance, il faut bloquer la montée du miroir. Rien que le fait d’avoir le miroir qui se lève va faire vibrer l’appareil photo et risquer l’apparition de flou de bouger sur les photos. En bloquant la montée du miroir, on appuie une fois pour monter le miroir et une seconde fois pour prendre la photo.

Pour bloquer la levée du miroir, je vous invite à regarder dans la notice de votre appareil. Je peux cependant donner la procédure pour les appareils Canon.

Le principe pour « effacer » au maximum ces aberrations est de filmer. Avec un logiciel, on va analyser toutes les images de la vidéo et calculer les défauts pour les enlever. Vous pouvez trouver toute une liste de logiciels chez astrosurf.

  • IRIS est un très célèbre logiciel de la communauté. Il est open source et très complet mais compliqué à utiliser. Il existe cependant un grand nombre de tutoriels sur internet expliquant son utilisation.
  • Registax est un autre logiciel faisant un peu la même chose que IRIS mais que j’avais trouvé plus simple à utiliser.

Voici une vidéo expliquant l’utilisation de Regitax. Notez que plus vous avez d’ images à analyser, plus ça prendra du temps. Notez également que les images que vous voyez dans la vidéos (non retouchées), sont celles que vous obtiendrez en photographiant directement les planètes.

Je me suis toujours demandé si ce type de logiciels ne pouvait pas servir en microscopie.

Photographier le ciel lointain:

Quand on parle de ciel lointain, on parle de tout ce qui est extérieur au système solaire (de nébuleuses, de galaxies…). On va procéder différemment que pour la photographie des planètes. On va devoir faire des poses longues car, ce sont des astres beaucoup moins lumineux que les planètes par exemple.

J’ai vu des photos de photographes ou ils effectuaient un temps de pose de 8 heures voir même 16 heures. Pour faire un temps de pose aussi long, ils font la photo sur plusieurs nuits. Pour vous donner un ordre d’idée, avec le télescope Hubble, certaines photos ont été prises avec un temps de pose de 15 jours. Pour ce type de photo, il est essentiel de travailler dans des lieux qui ne sont pas touchés par la pollution lumineuse.

Photo
Photo prise par le satellite Hubble à un endroit ou il n’y avait à priori rien. Elle a nécessité un temps de pose vraiment très long (plusieurs jours). C’est la photo de l’univers le plus lointain qu’on ait jamais pu observer. Elle compte à elle seule 10 000 galaxies qui comprennent chacune plusieurs milliards d’étoiles.

L’ennemie du photographe dans ce genre de photos est la température. En effet, plus le capteur est chaud, plus on aura des « pixels chauds » qui vont apparaître. Un « pixel chaud » est un pixel qui apparaît rouge généralement sur la photo. Pour contrer ce problème, certaines caméras sont équipées de système de refroidissement ou même, certains photographes vont mettre au congélateur leur reflex pour qu’il soit suffisamment froid.

Un autre critère apparaît pour ce type de photo: les filtres infrarouge. Les reflex de bases sont équipés de filtre infrarouge ce qui fait qu’ils ne peuvent pas capter les longueurs d’ondes situées dans l’infrarouge. Pour mieux apprécier le ciel lointain, il peut être nécessaire de les dé-filtrer. C’est une manipulation dangereuse que je n’ai pas essayé. Les marques sortent des appareils déjà dé-filtrés pour l’astrophoto.

Notez que dans tous les cas, les vibrations sont très fortement ressenties. Pour éviter le problème, lors de prises de vues avec votre reflex, en plus de l’utilisation de déclencheurs à distance, il faut bloquer la monter du miroir. Rien que le fait d’avoir le miroir qui se lève va faire vibrer l’appareil photo et risquer l’apparition de flou de bouger sur les photos. En bloquant la montée du miroir, on appuie une fois pour monter le miroir et une seconde fois pour prendre la photo.

Pour bloquer la levée du miroir, je vous invite à regarder dans la notice de votre appareil. Je peux cependant donner la procédure pour les appareils Canon.

Maintenant que le côté théorique vous est un peu moins inconnu, on va parler du côté pratique. Il vous faut comme matériel:

  • Un reflex
  • Un télescope
  • Une monture équatoriale
  • Un congélateur (facultatif)
  • Un grip avec plusieurs batteries ou une batterie de voiture
  • Un intervalomètre ou une commande à distance

Après avoir réglé votre télescope sur l’astre à photographier, fixez votre reflex sur votre télescope à l’aide de la bague T2. Vous l’avez compris, on ne va pas filmer comme pour les planètes mais on va photographier avec un long temps de pose. Souvent, plusieurs effets sont nécessaires. Il m’est déjà arrivé d’avoir des photos ratées à cause du capteur qui a chauffé, plus de batterie ou encore simplement à cause de la pollution lumineuse. Évitez les trop hautes valeurs ISO car sinon vous aurez des photos trop bruitées.

Il n’y a pas vraiment de réglages qui s’adaptent à toutes les situations. Le temps de pose et les réglages de l’appareil vont dépendre de l’astre à photographier. Pour régler le temps de pose, j’utilise Magic Lantern sur mon reflex Canon. Vous pouvez aussi brancher un intervalomètre.

Il est obligatoire de shooter en RAW. Il est possible de compiler plusieurs photos avec un logiciel tel que Photoshop.


2 réflexions sur « Faire de l’astrophotographie »

  1. Bravo pour ton acticle mais bien sûr c’est un peu trop technique pour moi par contre j’ai apprécié la photo de la lune. C est assez impressionnant de la voir aussi nette en sachant que tu n es pas un professionnel. J attends avec impatience de découvrir tes autres photos
    Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *