L’histoire de la lomographie

Dans un précédent billet,  j’ai parlé d’un appareil photo à monter soi-même qui est un nouveau né des appareils tendances de la lomographie. J’ai décidé de parler de l’histoire de ce mouvement pou mieux comprendre ce qu’est la lomographie. Dans un prochain article, on verra qu’elles sont les techniques de retouche photo pour retrouver les effets propres à la lomographie sur des photos numériques.

Les appareils photos « lomos » sont à l’origine des vieux appareils photos compacts russes qui ont été produits à partir de 1983 à Saint-Pétersbourg (appelé Leningrad en Union Soviétique). Lors d’une réunion, le général Igor Petrovitch Kornitski montra l’appareil japonais, le Cosina CX-2. Ils décidèrent alors de lancer un modèle lui ressemblant (comme quoi ils n’ont pas uniquement imité les Leica).

Le premier modèle d’appareil « lomo » fut le Lomo LC-A. Il était équipé d’un objectif à focal fixe de 32 mm. Le but à l’époque était de fabriquer un grand nombre d’appareils photos robustes pour pas cher et prévus pour une utilisation quotidienne. L’objectif monté sur ce compact était un Minitar-1, qui est un 32 mm, f2.8. Il est important de préciser que les « Lomo LC-A+ » sont des nouveaux produits fabriqués non pas en URSS mais en Chine.

ef9f17b6cc1ff8912eb239f850f0d7393676fd
Le Lomo LC-A

L’ ère de la lomographie n’a pas encore vu le jour. Il va falloir attendre quelques années pour que l’occident la découvre.

Après la chute du régime communiste, deux étudiants Autrichiens partirent en voyage au début des années 90 à Prague. Ils décidèrent d’acheter un petite appareil photo qui n’était autre que le Lomo LC-A pour immortaliser leur voyage. Il est dit qu’ils utilisaient leur appareil de « manière décontractée », c’est-à-dire: « en ne regardant pas dans le viseur à chaque fois ».

students
Photo des deux étudiants autrichiens en question

De retour de leur voyage, ils ont fait développer leurs photos. Et là, surprise !! Ils n’avaient jamais vu ça. Les photos voyaient leurs couleurs saturées, un fort vignetage était présent… Très rapidement leur entourage voulait leur propre LC-A.

La lomographie était née.

Pour répondre à cette demande, rapidement les deux étudiants ont pris l’avion vers Saint-Petersbourg pour négocier un contrat de distribution de cet appareil. Par la suite, des nouveaux appareils et même des pellicules spéciales ont été développés. Il y eu la création d’une petite association de « fans » de la lomographie. Pour satisfaire leur demande en LC-A, ils organisèrent même des voyages en sacs à dos jusqu’en Russie.


Apparurent ensuite les « 10 règles d’Or de la lomographie »

  1. Emporte ton appareil partout avec toi
  2. Utilise le tout le temps – de jour comme de nuit
  3. Lomography n’est pas une interférence dans ta vie, mais en fait entièrement partie
  4. Ose shooter depuis la taille
  5. Approche toi le plus près possible de l’objet de ta lomographie
  6. Ne réfléchis pas
  7. Sois rapide
  8. Pas besoin de savoir à l’avance ce que tu prends en photo…
  9. …ni par la suite.
  10. Oublie toutes les règles

En 1992 fut créé la LSI: la « Lomography Society International » en même temps que la création des 10 règles d’Or. C’est l’association officielle de la lomographie et a siégé à Vienne (la ville d’origine des deux étudiants). Ils créèrent une première exposition et la LomoWall commença à apparaître. Apparut ensuite le site internet « lomo.com » remplacé aujourd’hui par « lomographie.com« . Il créèrent leur boutique en ligne où ils mirent en vente des appareil lomos et pellicules, organisèrent des expositions un peu partout dans le monde…

En 1996,  ils furent face à la fermeture des usines lomo. Les responsables de la « LSI » se déplacèrent à Saint-Pétersbourg et réussirent à les convaincre de les rouvrir.

Poutine
Lors de la réunion, les missionnaires de la LSI ont réussi à convaincre les responsables de l’usine Lomo puis l’ancien adjoint au maire M. Valdimir Poutine de rouvrir l’usine.

En 1998, la « LSI » lança un autre appareil important dans l’histoire de la lomographie: l’actionsampler. C’est un appareil équipé de 4 lentilles qui prennent sur la même photo chacune une photo mais pas au même moment (un peu comme un mode rafale).

actionsampler_prod
L’actionsampler
2da53243f0fb03bb33e6cde890b349bf47d20e
Exemple de photos prises avec l’actionsampler

Par la suite, la LSI a sorti des nouveaux appareils plus ou moins célèbres dans le monde de la lomographie. Des appareils tels que le Supersampler, un appareil Fisheye, LC-A+ (copie du LC-A produit en Chine et non plus en Russie), Diana+, Lubitel+…

Vous pouvez retrouver des superbes photos prises avec ces appareils ici.

J’espère que cet article vous aura un peu appris l’histoire de la lomographie, une discipline particulière de la photo.

N’hésitez pas à commenter pour apporter des corrections ou des précisions à l’article.

3 réflexions sur « L’histoire de la lomographie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *