Astuces pour bien débuter avec un reflex

Si vous venez d’acquérir un appareil photo reflex, c’est pour faire des photos autrement qu’en utilisant les modes automatiques de l’appareil. Vous voulez au contraire (et on le comprend) maîtriser l’appareil, faire les photos que vous imaginez.

Dans cet article, je vais vous expliquer comment utiliser les différents modes avancés de l’appareil, vous expliquer comment mesurer la lumière selon les situations et pour finir ce qu’est la vitesse d’exposition, l’ouverture du diaphragme et la sensibilité ISO (trois paramètres qui une fois maîtrisés vous permettront de connaitre l’aspect « technique » de votre appareil photo).

Je vais diviser l’article en ces différentes parties:

L’ouverture du diaphragme:

L’ouverture sur un appareil photo est la commande du diaphragme qui va définir la « quantité » de lumière qui va venir « imprimer » la photo sur le capteur. Par comparaison c’est un peu comme quand on ouvre un robinet: plus on ouvre le robinet, plus il y a d’eau qui coule.
L’ouverture du diaphragme est exprimé en « f: » comme par exemple f:2 ou f:5,6 etc.

Contrairement à ce que croient la plupart des gens, plus le chiffre est « petit », plus le diaphragme est ouvert et donc plus il y a de lumière qui entre.

De plus, entre chaque valeur d’ouverture il y a un rapport de 2. Ainsi un diaphragme qui ouvre à f:1,4 va faire entrer deux fois plus de lumière qu’un diaphragme qui ouvre à f:1,8 et ainsi de suite.

Les valeurs de diaphragme s’échelonnent selon les valeurs normalisées suivantes: 1.4; 1.8; 2; 2.8; 4; 5.6; 8; 11; 16; 22. (à noter qu’il existe également des valeurs d’ouvertures intermédiaires comme par exemple entre f:5.6 et f:8, on trouve souvent la valeur f:6.3).

580px-Ouvertures_standards.svg
Le cercle blanc désigne la quantité de lumière qui entre dans l’appareil.

On calcule l’ouverture d’un diaphragme selon le quotient de la longueur focale de l’objectif divisée par le diamètre de l’orifice du diaphragme.

Par exemple si le diamètre de l’orifice du diaphragme est de 25mm et que la longueur focale est de 50mm alors: 50/25 = 2 donc l’ouverture est de f:2. C’est pour ça que plus on monte en valeur (f:16, f:22…) et bien moins on a de lumière qui entre.

Il y a un autre aspect important concernant l’ouverture: plus on ouvre (donc f: petit chiffre), moins on a de profondeur de champ (qui est également un paramètre lié à la taille du capteur comme je l’explique ici), le sujet va se décroître dans un effet de flou.

02
Arrière plan flou (f:5.6)

Pour tester la profondeur de champ, sur les boîtiers de type reflex il y a une touche pour tester la profondeur de champ. (Quand on vise avec un reflex on le fait toujours en pleine ouverture mais si on appuiT sur ce bouton, on ferme le diaphragme avec la valeur de fermeture voulue et on teste ainsi la photo avec une nouvelle profondeur de champ). Sinon pour le calculer il existe plusieurs sites web (comme ici) qui font le calcul en ligne et il y a même des applications smartphone. Il existe une formule mathématique calculable à la main mais à appliquer sur le terrain elle est peu pratique.

Arrière plan net (f:32)
Arrière plan net (f:32)

Vous l’aurez compris, l’ouverture d’un objectif est une chose importante à maîtriser. Plus un objectif ouvre, plus il est cher. Il existe aussi sur certains objectifs des problèmes de diffraction de lumière en pleine ouverture et même des effets de vignetage. Corriger cela augmente considérablement le prix d’un objectif.

La vitesse d’exposition:

04
Mouvement floue (1/30s)

La vitesse d’exposition est le temps que la photo va mettre pour venir s’exposer sur le capteur. Elle est fonction de la quantité de lumière (donc de l’ouverture du diaphragme) et de la sensibilité ISO.
Avec la vitesse, vous pouvez choisir de complètement figer l’image (vitesse vraiment rapide) ou alors de laisser un flou (comme par exemple dans le cas de gouttes d’eau qui sont projeté dans une cascade, en réglant l’appareil sur un temps de pose pas trop long on pourra « voir » le mouvement de l’eau sur la photo).

Action figé (1/2000s)
Action figé (1/2000s)

Attention: quand vous utilisez une vitesse trop basse vous pouvez obtenir un flou de bouger. Il est ainsi conseillé de ne jamais prendre à main levée une photo avec une vitesse inférieure à la longueur focale de l’objectif utilisé. Par exemple si vous prenez des photos avec un objectif de longueur focale de 100 mm, à main levée vous ne pourrez pas descendre en dessous que 1/100 s. Pareil pour un 50 mm, vous pourrez descendre jusqu’à 1/50 s.

Tout à l’heure, je disais qu’il y existe un rapport entre la vitesse d’exposition, l’ouverture et la sensibilité ISO de l’appareil, c’est un rapport qui est calculable comme on va le voir dans cet exemple:

Vitesse d’exposition
Ouverture du diaphragme
Sensibilité ISO
1/3200
1,4
100
1/1600
1,8
100
1/800
2
100
1/400
2,8
100
1/200
4
100
1/100
5,6
100

 L’idée est qu’il y a toujours un rapport de 2 et, c’est la même chose pour l’ISO (mais je vais y revenir tout de suite car cela n’apparaît pas dans l’exemple ci-dessus). Il est important de bien gérer ce rapport car, quand vous utiliserez vos appareils en mode M (manuel) cela vous permettra d’obtenir plus rapidement les réglages voulus.

La sensibilité ISO:

La sensibilité ISO est la sensibilité à la lumière du capteur: plus la valeur ISO est basse, moins l’appareil est sensible à la lumière mais plus la photo comportera du détail (et inversement, plus la valeurs ISO est haute, plus le capteur est sensible à la lumière mais moins la photo aura du détail).

C’est un principe qui est vrai en numérique comme en argentique même si la technologie a bien évolué (on trouve des capteurs pouvant aller à 100 000 ISO).

01
Écran de sélection des ISO sur le Canon EOS 600D

L’ISO est très différente entre un appareil photo numérique et argentique. Sur les appareils photos argentiques, la sensibilité ISO va être définie (c’est une ISO donnée si vous préférez) par la taille des grains d’halogénures d’argents. Ainsi on ne va pas pouvoir changer aussi facilement de valeurs ISO que sur un appareil photo numérique. On est obligé pour cela de changer de pellicule.
En réalité sur un appareil photo numérique quand vous changez la valeur ISO sur votre appareil, elle ne change pas sur le capteur. C’est ce que l’on appel la sensibilité nominale du capteur. Quand vous choisissez une haute valeur ISO, le signal électrique généré par les cellules photosensibles du capteur va être amplifié. Qui dit amplification dit « parasite » donc plus vous montez en ISO, plus l’image va être dégradée.

L’idéal, vous l’aurez compris est d’essayer de prendre une photo toujours avec la plus basse valeur ISO s’adaptant à la situation lumineuse. Ainsi en plein soleil, vous allez le régler à 100 ISO mais dans un lieu sombre voire même de nuit il va vous falloir monter jusqu’à parfois 3200 ISO.
Voici un tableau « guide de sensibilité ISO ».

Sensibilité ISO
Situation de prise de vue (sans flash)
100 à 400
Extérieur ensoleillé
400 à 1600
Ciel couvert / le soir
1600 à 6400
Intérieur sombre / nuit

Comme je le disais, en montant en ISO vous perdez en qualité: c’est que vous générez du bruit.

Il existe trois types de bruits en photo:

  • Le bruit de luminescence: ce sont des amas de pixel foncés qui apparaissent lorsque l’on monte beaucoup en ISO.
  • Le bruit de chrominance: c’est un bruit photonique qui apparaît quelque soient les conditions de prise de vue, certains capteurs sont plus sensibles à cet effet que d’autres. Il se manifeste par des amas de pixel colorés.
  • Le bruit thermique: il apparaît lors d’exposition longues (les longues expositions de plusieurs secondes à plusieurs minutes font chauffer le capteur). Ils apparaissent sous forme de pixels rouges. Le bruit thermique apparaît uniquement sur les capteurs numériques, l’argentique n’étant pas touché par ce problème.

Dans la partie « vitesse d’exposition » de l’article, j’ai fait un tableau montrant qu’il y a un rapport de 2 entre l’ouverture de l’objectif et la vitesse d’exposition.

Pour la sensibilité ISO c’est la même chose et le rapport est de deux également comme vous pouvez le voir dans cet exemple:

Vitesse d’exposition
Ouverture du diaphragme
Sensibilité ISO
1/100
1,4
50
1/100
1,8
100
1/100
2
200
1/100
2,8
400
1/100
4
800
1/100
5,6
1600

En photo, si vous maîtrisez ces trois paramètres, vous pourrez considérer que vous êtes maître de votre appareil et avec un peu d’entrainement, vous irez jusqu’à « imaginer » la composition de la photo dans votre tête et à l’avance vous dire « tiens il va me falloir peu de profondeur de champs » (= grande ouverture) ensuite vous vous direz « comme j’ai mis une grande ouverture je ne vais pas trop monter en ISO » et pour finir en fonction vous pourrez choisir la vitesse d’exposition avec pour aide le « correcteur d’exposition » (dont je parle tout de suite).

La correction de l’exposition:

Il existe sur les compacts experts et les reflex des aides pour mieux gérer ces trois paramètres. Ce sont des fonctions qui une fois maîtrisées permettent d’utiliser l’appareil en « semi-automatique » avec un certain degré de personnalisation.
La correction de l’exposition est un mode pratique permettant de légèrement sous-exposer un photo ou alors de légèrement la sur-exposer. C’est une fonction qui sur certains appareils se présente sous forme d’une molette mais généralement c’est un affichage numérique que l’on va avoir.

Correction de l’exposition réglée sur « +1″ ce qui va légèrement sur-exposer la photo.
Correction de l’exposition réglée sur « +1″ ce qui va légèrement sur-exposer la photo.

Dans certaines contraintes lumineuses, il est conseillé de légèrement sous-exposer la photo car il est plus facile de récupérer des détails dans l’image dans ces conditions que si elle était sur-exposée.
Quand on est à « 0 » c’est l’exposition « normale » de l’appareil.

Correction de l’exposition réglée sur « -1″ ce qui va légèrement sous-exposer la photo.
Correction de l’exposition réglée sur « -1″ ce qui va légèrement sous-exposer la photo.

Ce qu’il y a de bien avec cette aide c’est que quand on est en mode « M » (manuel) on ne va pas pouvoir modifier directement la correction de l’exposition mais, selon les changements qu’on fait (dans l’ouverture, la vitesse ou encore la sensibilité ISO) on va voir un curseur se déplacer. Ce dernier va donner une idée au photographe de ce que va être sa photo dans les réglages choisis.

Les différents modes de mesure de la lumière:

Dans tous les modes que je qualifie de « semi-automatiques » (mode P, Av, Tv) l’appareil va se régler en fonction de ses mesures de lumière. Il est donc important de maîtriser les différents modes de mesures de lumière disponible.

Mesure évolutive: c’est le mode le plus courant, l’appareil va se régler en fonction de la luminosité présente sur l’ensemble de la photo. L’appareil va essayer de reconnaître le type de scène (contre jour…) et se régler en conséquence. C’est le mode standard donnant la plupart du temps des bons résultats.

09
La zone grise désigne les zones dont la luminosité est mesurée.

Mesure sélective: c’est un mode utilisé quand les contours du sujets sont sur-exposés (comme dans un contre jour). Sur l’image on peut voir en gris la zone ou la lumière est mesurée.

091
La zone grise est la zone dont la luminosité va être mesurée.

Mesure spot: à titre personnel c’est le mode que j’utilise le plus avec « mesure évolutive ». Il permet de régler la luminosité sur une zone vraiment précise de l’image (par exemple dans le cas d’un spectacle où seul le sujet est éclairé et que le reste de la scène est sombre. Avec la mesure spot, on se concentre uniquement sur la partie éclairée).

092
La zone grise est la zone dont la luminosité va être mesurée.

Mesure moyenne à prédominance centrale: c’est un mode que j’utilise peu mais qui est intéressant. L’appareil va faire une moyenne mais privilégie quand même le centre de l’image.

093
La zone grise est la zone dont la luminosité va être mesurée.

Maintenant que l’on connait les bases de la photo et les fonctions avancées majeures de l’appareil, je vous propose de prendre connaissance des modes disponibles sur l’appareil.

Les différents modes avancés existant:

Le mode programme: mode « P »:

Le mode « p » programme est sûrement le mode le plus utilisé quand on débute dans l’utilisation d’un appareil photo reflex. C’est un mode qui va tout paramétrer automatiquement en vous laissant le choix de régler vous même (ou non si vous sélectionnez « ISO auto ») la sensibilité ISO ou encore le mode de mesure de la lumière (mesure spot, évolutive…). L’appareil va régler l’ouverture et la vitesse d’exposition automatiquement selon la situation et les paramètres sélectionnés sur le boîtier.
Il y a également possibilité de choisir une correction d’exposition pour obtenir une photo légèrement sous-exposée ou légèrement sur-exposée.Dans le tableau ci-dessous, une synthèse des fonctions les plus importantes disponibles sur le mode P.

Sensibilité ISO
vitesse d’exposition
Ouverture
Mesure de la lumière
Correction d’exposition
Manuel possible
Automatique
Automatique
Plusieurs modes disponibles
Possible

 

Le mode priorité à l’ouverture: mode « Av » ou « A »:

Le mode « priorité à l’ouverture » est souvent noté « Av » sur la molette de l’appareil photo. C’est un mode qui va vous permettre de régler à votre guise le diaphragme. Cela permet au photographe de mieux gérer la profondeur de champ lors de prises de vues.
Ici on va pouvoir modifier l’ouverture et la sensibilité de l’appareil. La vitesse d’exposition se réglant manuellement.
Comme dans le mode P, il y a possibilité de choisir une correction d’exposition pour obtenir une photo légèrement sous-exposée ou légèrement sur-exposée.
Il est conseillé d’utiliser le mode Av lors de prises en condition lumineuse difficile ou alors quand vous souhaitez gérer vous même la profondeur de champ de la photo.

Dans le tableau ci-dessous: une synthèse des fonctions les plus importantes disponibles sur le mode Av.

Sensibilité ISO
vitesse d’exposition
Ouverture
Mesure de la lumière
Correction d’exposition
Manuel possible
Automatique
Manuel
Plusieurs modes disponibles
Possible

 

Le mode priorité à la vitesse: mode « S » ou « Tv »:

Le mode « priorité à la vitesse » va vous permettre de régler la vitesse à la quelle l’appareil va devoir prendre ses photos (l’appareil réglant automatiquement l’ouverture et la sensibilité ISO). Vous pouvez comme sur les mode P et Av régler manuellement les différents modes de mesure de lumière ainsi que choisir une correction d’exposition pour obtenir une photo légèrement sous-exposée ou légèrement sur-exposée.
C’est un mode beaucoup utilisé en photo de sport.

Dans le tableau ci-dessous: une synthèse des fonctions les plus importantes disponibles sur le mode Tv.

Sensibilité ISO
vitesse d’exposition
Ouverture
Mesure de la lumière
Correction d’exposition
Manuel possible
Manuel
Automatique
Plusieurs modes disponibles
Possible

 

Avec les conseils et les informations donnés dans cet article, j’espère que vous maîtriserez mieux votre appareil photo. Prochainement, je ferai un article concernant le cadrage d’une photo qui est la base du bon photographe.

A noter qu’il y a plusieurs choses dont je n’ai pas parlé dans cet article comme par exemple la balance des blancs ou le collimateur AF. Ce seront des sujets de futurs articles.

8 réflexions sur « Astuces pour bien débuter avec un reflex »

  1. Merci pour le tuto.
    N’y aurait-il pas une erreur dans le paragraphe « Le mode priorité à l’ouverture: mode « Av » ou « A »: » ?

    « Ici on va pouvoir modifier l’ouverture et la sensibilité de l’appareil. La vitesse d’exposition se réglant manuellement. »

    Je mettrai plutôt automatiquement à la place de manuellement.

  2. Moi aussi j’ai eu le droit à un super cadeau de Noël 🙂
    Merci beaucoup pour ces infos précises et surtout accessibles, j’ai encore un peu de mal à tout assimiler mais ça commence à venir.

    PS : As tu fait un article sur la balance des blancs ? Merci !

    1. Bonjour Agathe,
      Oui quand on commence a faire sérieusement de la photo, on doit apprendre plusieurs notions mais ne t’inquiète pas, ça vient petite a petit :).

      Concernant la balance des blancs, oui j’ai écrit un article expliquant ce que s’était et comment la régler. Il est en trois parties que tu peux trouver dans les liens suivants:
      Partie une: http://www.posephoto.net/2013/05/apprendre-a-gerer-la-balance-des-blancs-13.html
      Partie deux: http://www.posephoto.net/2013/05/apprendre-a-gerer-la-balance-des-blancs-23.html
      Partie trois: http://www.posephoto.net/2013/05/apprendre-a-gerer-la-balance-des-blancs-33.html
      N’hésite pas si tu as besoin d’aide 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *